Coronavirus en Russie : l'entraide pendant le confinement

En pleine pandémie liée au Coronavirus, le journal Izvestia raconte les Russes qui s’organisent pour venir en aide aux personnes âgées ou dans le besoin.

En Transbaïkalie, Lisa Lunina, âgée de 13 ans, a déjà fabriqué 100 masques pour les bénévoles. © Ria Novosti - Evgueni Epantchintsev

Tu n’es pas seul : comment les gens s’entraident pendant la période de confinement ?

En Russie, la plupart des régions sont mises en quarantaine stricte, aussi de nombreuses personnes se sont donc trouvées confrontées à une vie difficile en isolement complet. Les bénévoles et les entreprises viennent à la rescousse : certains pour fournir gratuitement des repas, d'autres pour apporter un soutien psychologique ou à abriter l'animal alors que le propriétaire suit un traitement contre le coronavirus.

Des produits pour les personnes âgées et les médecins

La ferme avicole de Tcheliabinsk (Sud de l’Oural) a lancé une action pour la livraison de kits alimentaires aux personnes âgés confinées. Chaque jour, sont distribués environ 100 kits comprenant une boîte d'œufs et un poulet. Les demandes sont acceptées et prises par téléphones tous les jours (sauf le week-end) de 9:00 à 16:00.

"Nous vous prions d’être plus compréhensifs si le numéro est occupé car les appels sont assez longs. Il s'est avéré que cette action n'est pas seulement humanitaire, mais également sociale. Les gens qui se trouvent en isolement depuis longtemps ont besoin de parler à quelqu'un ", explique Vasily Zubkovsky, le représentant de la ferme avicole.

"Nous invitons d'autres fabricants à se joindre au projet, alors nous pourrons aider plus de gens ", a-t-il ajouté.

Une chaîne de restaurants à Veliky Novgorod a également annoncé le lancement d'un programme d'aide aux retraités et aux personnes se trouvant dans une situation difficile. Les demandes de nourriture sont prises tous les jours de 9.00 à 12.00 et de 15.00 à 18.00 et le personnel est prêt à distribuer jusqu’à 100 commandes.

C’est une période extrêmement difficile pour les médecins, beaucoup d’entre eux vivent littéralement au travail. À Oulan-Oude (Sibérie orientale), plus d'une centaine d'employés de l'hôpital infectieux vivent sur le lieu du travail. De nombreux entrepreneurs, camarades de classe et amis du personnel ont décidé de les aider. Ainsi, l'hôtel local a remis à l'hôpital des matelas, des lits, des draps, des couvertures et des oreillers, du beurre, de la crème fraiche et d'autres produits. Un café leur offre des gâteaux et des pizzas, ainsi qu’une spécialité de la région, la buuza (des raviolis à la viande). Le propriétaire d'un magasin de fruits exotiques a envoyé un minibus de fruits et de légumes à l'hôpital.

"Vous qui avez des restaurants et des cafés, aidons ensemble avec de la nourriture. Ensemble nous vaincrons ce malheureux coronavirus! ", dit le propriétaire du magasin dans sa vidéo sur Instagram. "Nous ne gagnerons pas d’argent cette semaine, alors nous allons aider ".

Les services traiteur de quatre aéroports régionaux, Kurumoch (Samara), Koltsovo (Ekaterinbourg), Strigino (Nizhny Novgorod) et Platov (Rostov-sur-le-Don) cuisinent maintenant pour les personnes âgées qui habitent seuls. Ils ont la capacité de produire plus de 3000 rations alimentaires par jour comprenant un petit déjeuner, un déjeuner et un dîner gratuits. La livraison et l’élaboration des listes de personnes dans le besoin sont prises en charge par des organisations bénévoles et les services de protection sociale. Cette action durera au moins jusqu'au 15 avril.

Ecouter et aider

Oksana Pouchkina, vice-présidente de la commission de la Douma d'Etat pour les questions relatives à la famille, aux femmes et aux enfants, dit que les co-auteurs du projet de loi sur la prévention des violences familiales ont récemment reçu plus de plaintes d'intimidation envers les personnes âgées.
Comme le note Oksana Pouchkina, vice-président de la Commission de la Douma d'Etat pour les questions relatives à la famille, aux femmes et aux enfants, co-auteure du projet de loi sur la prévention des violences familiales, il y a eu plus de plaintes pour intimidation sur des personnes âgées.

"Depuis le confinement, le nombre d'appels de la part de voisins de personnes âgées a augmenté. Les aînés sont victimes de maltraitance de la part de leurs propres enfants, ces derniers passent leur insatisfaction sur eux et ils confisquent leurs pensions", a indiqué Oksana Pouchkina à l’agence RIA Novosti.

En raison de la quarantaine, de nombreux centres de crise sont fermés mais on peut toujours appeler la hotline de l'organisation des droits de l'homme
Зона права ("La zone de droit"). Grâce à cette hotline, les victimes de violence domestique pourront bénéficier d'une aide juridique gratuite pendant le régime de confinement.

En outre, les psychologues de différentes régions sont prêts à soutenir les résidents qui éprouvent de l'anxiété. Depuis le 1er avril, les psychologues du centre de diagnostic clinique de Vladivostok sont disponibles par téléphone sur la hotline d'aide psychologique. Ils aident tous ceux qui s'inquiètent pour leur avenir et pour leurs proches, ceux qui ne peuvent pas s’occuper des enfants en quarantaine et sur bien d'autres questions.

Les psychologues de Krasnoïarsk travaillent avec les résidents de la région. Les spécialistes de la faculté de psychologie clinique de l'Université médicale d'Etat de Ryazan sont prêts à apporter aux médecins une aide psychologique sur Skype.

Dans le même temps, les diplômés de l'école de psychologie pratique de Moscou à l’Institut de psychanalyse ont lancé un site, où l’on peut gratuitement obtenir des conseils jusqu'au 15 avril. Il est aussi possible de recevoir des consultations psychologiques gratuites, en appellant le service d'assistance psychologique de Moscou.

Des propositions d’aide apparaîssent également sur les réseaux sociaux. Ainsi, un chirurgien pédiatrique de la République de Karatchaïévo-Tcherkessie au nord du Caucase s'est adressé à des hommes d'affaires, des producteurs de denrées alimentaires, des magasins de détail et propriétaires de centres de commerce de gros.
"Je suis chirurgien pédiatrique et urologue. Je m’appelle Idris Azretalievich Adjiev, et pendant la semaine de quarantaine du 30 mars au 3 avril je peux faire des consultations gratuites à domicile à Tcherkessk tous les jours de 11:00 à 16:00. J’attends de vous des prix stables pour les denrées alimentaires. L'argent que vous gagnez sur le malheur, ne va pas pour le bien. On ne sait pas encore quelles familles seront touchées par le malheur et combien de vie vont être emportées ", dit un post sur la page Des actualités de Karatchaïévo-Tcherkessie.

On aide avec des masques et des vélos d’exercice

A Saint-Pétersbourg, Gordey Dayshchikov a organisé des ateliers de couture gratuite de masques réutilisables.

"Je veux que chaque personne, quel que soit son âge, son sexe et son revenu, puisse se permettre de porter un masque si les circonstances l'exigent. Les masques doivent être gratuits", a-t-il écrit sur sa page Instagram. La ville a été déclarée en quarantaine, donc actuellement Gordey est engagé dans l'organisation de couture à distance, il s’occupe de l’envoi de matériaux et de la communication avec les bénévoles.

"Certains sont prêts à aider en fournissant des voitures. D'autres cousent eux-mêmes et je leur envoie le matériel par courrier. D'autres viennent toujours coudre au bureau. Nous leur commandons de la nourriture et leur payons un taxi. Au total il n’y que quatre personnes maximum dans chaque atelier. En général, on coud avec son matériel et on s’engage à le distribuer, dit Gordey Dayshchikov. Il est prévu de coudre un millier de masques par jour, on va les gratuitement distribuer. L'objectif est que chaque habitant de la ville ait un masque d'ici la fin de la semaine".

En Transbaïkalie, Lisa Lunina, âgée de 13 ans, a déjà fabriqué 100 masques pour les bénévoles. Ella a répondu à l'appel du bureau régional du mouvement la Front populaire panrusse.

"J’ai commencé à utiliser la machine à coudre à l’âge de six ans, ma mère m'a appris à coudre, donc ce n'était pas difficile pour moi " explique Lisa à Rossiyskaya Gazeta. " J'ai un patron spécial et il y avait 20 mètres de gaze. Je coupe deux morceaux de tissu, après je mets de la gaze à l'intérieur en six couches, ensuite je le roulotte et je le pique. Enfin je couds des élastiques et le masque est prêt."

L'homme d'affaires Vadim Bredny, atteint par le virus et actuellement en soins intensifs à l'hôpital des maladies infectieuses, a acheté 120 000 masques médicaux pour la région de Bouriatie. Le ministère régional de la protection sociale les distribuera aux familles nombreuses et aux autres catégories des groupes sociaux nécessiteux.

En Bachkirie, le propriétaire d'un réseau de clubs de fitness a donné des vélos d'exercice aux clients âgés, détenteurs d'abonnements annuels. Les retraités promettent de ne parcourir des kilomètres qu’autour de leurs appartements.

Voyage gratuit pour les médecins et les bénévoles

Le conducteur d’un mini-bus à Oulan-Oudé a fixé dans sa cabine une pancarte portant l'inscription: " dans ce bus, le voyage est gratuit pour les médecins ". L’itinéraire 44 traverse justement trois hôpitaux, il suffit de dire au chauffeur que vous êtes médecin. Il ne vous demandera pas de documents - il croit sur parole.

"Bien sûr, je ne peux rien dire concernant mes autres collègues, mais je suis sûr que beaucoup se joindront à cette action ", explique-t-il dans la vidéo publiée sous le surnom de Vasyaga. "Une période vraiment difficile commence pour les médecins alors aidons-les autant que nous pouvons. Je préviens aussi mon coéquipier, alors n'hésitez pas."

À Moscou, l'agrégateur de taxi a organisé des voyages gratuits pour les donneurs de sang du centre O. K. Gavrilova.

"Les donneurs pourront obtenir un code promotionnel pour un voyage gratuit aller-retour au centre de transfusion ", rapporte l’Agence de Moscou citant le service de presse de la compagnie. En outre, depuis le 27 mars, la société transporte gratuitement le personnel de l'institut de recherche scientifique Sklifosovsky.

À Oufa, un concessionnaire automobile a fourni quatre de ses véhicules à l’organisation sociale russe "Médecins Volontaires". Le premier jour de la campagne, ces actions ont permis de distribuer des médicaments et des biens alimentaires à 45 adresses.
D’ailleurs, sur le site Myvmeste2020.rf («nousensemble2020), des volontaires peuvent s’enregistrer pour aider, en particulier les personnes âgées et les célibataires : achat et livraison de biens de première nécessité, fourniture d'une assistance psychologique (si le bénévole a une formation appropriée), promenade d'animaux domestiques. Ceux qui ne peuvent pas aider personnellement, mais qui sont prêts, par exemple, à fournir des antiseptiques, un soutien technique pour l'enseignement à distance dans les écoles ou par d'autres moyens, peuvent s’enregistrer sur ce site.

L’aide est également nécessaire pour les organisations caritatives qui s’attendent dans un avenir proche à une réduction des dons et à une augmentation du nombre de personnes dans le besoin. Pour leur soutien, le Fonds "Besoind’aide" a lancé la campagne #rouble par jour, action qui était déjà soutenue par les acteurs Alexander Petrov et Ivan Ourgant. Dans le cadre de la campagne, il est proposé de faire un petit don régulier de 30 à 300 roubles en faveur d'un ou plusieurs fonds vérifiés.

Barsik sous surveillance

Lorsque l’hospitalisation en masse des résidents a commencé à Wuhan en Chine, que quelqu'un était parti pour quelques jours, mais n'a pas pu retourner dans la ville fermée, beaucoup d’animaux de compagnie sont restées enfermés sans nourriture ni eau. De petits groupes de volontaires sont venus à la rescousse, pour nourrir chiens, chats, lapins, poissons et même des mini-cochons. Il fallait constamment choisir qui nourrir en premier lieu, car le nombre de demandes était d’environ 2 000.

À Moscou, l'équipe d'aide aux animaux "Zoo station Fund" est prête à prendre soin des petits frères. Ils aideront à apporter l'animal dans un "hôtel" pour animaux ou à placer dans un service hospitalier d’une clinique vétérinaire les animaux dont les propriétaires sont hospitalisés pour cause de coronavirus. La condition principale est que le propriétaire d’un animal, sa famille ou ses voisins doivent montrer la conclusion du médecin, à savoir que le propriétaire est à l'hôpital atteint du coronavirus

Selon leur page Instagram, le nombre de places est encore limité, mais l'équipe prévoit de s'agrandir. Ils recherchent des volontaires prêts à emmener les animaux exposés, tout en les invitant à rejoindre l'aide concernée des régions.

Article publié sur le site du journal russe Izvestia

0


0
Login or register to post comments