"Classe à part", un regard consternant sur les classes d’adaptation en Russie

Aujourd'hui sort en France le premier long-métrage du réalisateur russe Ivan I. Tverdovsky. Un film frappant, engagé, sur les conditions d'enseignement dans les écoles russes.

russe-russe-cinema-ecole-societe-handicape-adolescent-enfant

A 26 ans, Ivan I. Tverdovsky vient de réaliser son premier long-métrage Classe à part, un film basé sur le roman Corrections Class de Ekaterina Murashova, psychologue pour enfants à Saint-Pétersbourg.

L'idée originale a été proposée par ses producteurs. Peu convaincu au départ, Ivan I. Tverdovsky s'est éloigné de la version littéraire pour faire un film " à hauteur d’adolescents".
"Ce n’est pas tant le point de vue des adultes sur cette situation d’intégration- exclusion qui m’intéressait, que le ressenti de ces adolescents. C’est aussi à cause de mon âge (26 ans), je pense. Je me sentais plus proche des adolescents de mon film", explique t-il.

L'histoire tourne autour de Lena, une adolescente brillante, pressée de retourner sur les bancs de l’école après des années de déscolarisation.
Elle rejoint une classe adaptée aux élèves atteints de troubles physiques ou mentaux. La jeune fille s’intègre à la vie de l’école, mais le bonheur qu’elle affiche avec Anton, l’un de ses camarades de classe, n’est pas du goût de tout le monde. Ni sans conséquences.

Des établissements qui ressemblent à des prisons

Pour son film, Ivan I. Tverdovsky a fait de nombreuses recherches avant de commencer le tournage. "Nous sommes allés dans ces classes d’adaptation, encore très nombreuses en Russie et avons assisté aux cours. Nous avons été consternés par l’état réel de ces classes, dans des établissements qui ressemblaient plus à des prisons."

Le réalisateur constate souvent le manque d’enthousiasme des équipes pédagogiques vis-à-vis de ce programme :

"Beaucoup le font par obligation, parce que ça leur est imposé par l’Etat. On le ressent dans mon film. Quand Lena aspire à un enseignement de qualité car c’est une bonne élève, elle souhaite enrichir ses connaissances, et non apprendre ce qu’elle sait déjà. L’équipe pédagogique répond avec mépris et violence. Le but de ces classes d’adaptation, c’est de retrouver le chemin de la voie "normale" de l’école. Or l’enseignement dispensé ne le leur permet pas.
Il était très important pour moi de soulever cette question dans le film
."

Un film proche du documentaire

Ivan I. Tverdovsky a souhaité rester proche du documentaire. Le scénario le "Classe à part" ne contenait pas de dialogues pour obtenir, ce que le réalisateur appelle, "la vraie nature" des comédiens. "J’ai besoin de voir leur implication personnelle dans l'histoire. Lorsque les acteurs sont très préparés à leur rôle après une lecture de scénario, on manque quelque chose d’essentiel, l’intuition initiale et personnelle de l’acteur face à une situation."

Tverdovsky précise que cela n’enlève aucunement le travail préparatoire de l’acteur sur son personnage, propre à son métier. Toutefois, cela lui autorise un peu plus de liberté, il peut écouter ses propres émotions : "Certaines réactions ne viennent alors plus du personnage, mais de la personnalité du comédien lui-même, en tant qu’individu."

Dans cette fiction, Tverdovsky a également accueilli beaucoup de jeunes acteurs non professionnels issus des classes d’adaptation : "Ils ont beaucoup aidé les acteurs professionnels, très éloignés de leurs problématiques. Quand je les ai vus jouer ensemble, tout est devenu clair et évident."

th_Capture_decran_2015-09-23_a_15.05.46.jpg
Sortie sur les écrans
Classe à Part

ivan.jpg
Ivan I.
Tverdovsky

Ivan I. Tverdovsky est né en 1988 à Moscou dans une famille de réalisateurs. Son père est un documentariste reconnu, fan des films de Lars Von Trier qu'il montre régulièrement à son fils. "Ceux-ci ont eu sur moi un impact considérable", explique Ivan I. Tverdovsky, ajoutant qu'il aime tout autant les documentaristes indépendants soviétiques et russes.

Ivan I. Tverdovsky est diplômé de l’Institut National de la Cinématographie Guerassimov de Moscou. Ses courts et longs-métrages documentaires reçoivent de nombreux prix en Russie et dans des festivals internationaux. Le film Classe à part a été primé à plusieurs reprises : Grand Prix, Prix du Public, Prix du Meilleur scénario et Prix d’interprétation masculine au festival du cinéma russe de Honfleur en 2015, Classe à part a également reçu le Grand Prix East of the West à Karlovy Vary et le Grand Prix/Etoile d’or à Marrakech en 2014.

0


0
Login or register to post comments