8 mai: Le Normandie-Niemen à l’honneur à Moscou

A Moscou s’est tenue hier la cérémonie commémorative du 67ème anniversaire de l’armistice du 8 mai 1945. Une cérémonie qui se déroule chaque année en l’honneur des anciens combattants du régiment franco-soviétique Normandie-Niemen.

Photo Eléonore Seillès

La cérémonie s’est déroulée sous un soleil radieux, devant le monument commémoratif du régiment Normandie-Niemen au parc de Lefortovo, présidée par Monsieur Jean de Gliniasty, Ambassadeur de France en Russie, le Général de brigade Jean Maurin, attaché à la défense, et M. Youri Doubenine, président de l’association des amis de la France.

Cette année est d’autant plus particulière puisqu’elle marque les 70 ans de la création du régiment. En effet, alors que les relations militaires entre la France et la Russie avaient été stoppées par la Révolution bolchévique, celle-ci reprirent en 1942 grâce à l’initiative du Général de Gaulle d’envoyer une unité de combat en URSS afin de participer à la lutte contre l’Allemagne nazie sur le front est. Ainsi naquit le Normandie-Niemen et la reprise des relations franco-russe dans le domaine militaire.

L’idée d’une telle entreprise naquit d’abord à Londres, et nombres de négociations et d’aller-retour entre Londres et Moscou furent nécessaires avant d’envoyer pilotes et mécaniciens depuis le Liban. Anecdote intéressante, le petit-fils d’Albert Milresse, diplomate et principal négociateur avec les autorités soviétiques, effectue aujourd’hui un stage à l’Ambassade de France de Moscou, et était présent à la cérémonie.

Une belle histoire de coopération

Pilotes et mécaniciens volontaires fuyant le régime de Vichy firent le choix de l’aventure vers le grand nord, dans une Union soviétique qu’ils ne connaissaient pas, mais qui, ils le savaient, ne céderait pas au nazisme. Ces hommes ont combattu dans les conditions les plus difficiles, devant surmonter le froid rugueux de l’hiver russe. Nombres de mécaniciens en particulier ne résistèrent pas, et l’on décida de faire coopérer les pilotes français avec des mécaniciens soviétiques. L’histoire du régiment est donc une belle histoire de coopération, et un combat mené conjointement jusqu’à la victoire.

Pilotes comme mécaniciens ont reçu de nombreuses décorations soviétiques ou françaises et le Normandie-Niemen reste un sujet de commémoration de grande importance dans la coopération militaire russo-française. Le Général Maurin, a ainsi remis la légion d’honneur à un vétéran de ce glorieux régiment ce lundi 7 mai 2012. Aleksandr Aleksandrovitch Bazylev, 86 ans, mécanicien motoriste pour les avions des pilotes français de 1944 à 1945, a reçu le grade de Chevalier de l’Ordre National de la légion d’honneur à son domicile.

Image of L'épopée du Normandie-Niémen
Manufacturer: Librairie Académique Perrin
Part Number:
Price: EUR 8,50

D’autres vétérans étaient présents à la cérémonie, ainsi que des femmes ayant participé à cet effort de guerre dans des conditions éreintantes. Notons que les vétérans survivant aujourd’hui avaient été propulsés sur le front à un âge très avancé, autour de 16 et 18 ans.

La cérémonie fut suivie d’un cocktail à la résidence du Général Maurin. Cette demeure sur les bords de la Moskova, aujourd’hui appelée résidence Normandie-Niemen, est également attachée à l’histoire du régiment. En effet, la maison fut mise à la disposition du commandement français à Moscou afin qu’ils y organisent leur mission.

Pour les amateurs d’histoire, le livre L’Epée d’honneur écrit par deux mécaniciens russes, Vladimir Lavrinenkov et Nikolai Belovol, retracent avec justesse et de façon romancée, le parcours de ces valeureux combattants.

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook

Nouveau ! Aujourd'hui la Russie est aussi sur Twitter

0


0
Login or register to post comments