1812-2012: quelles traces reste t-il de Napoléon à Moscou ?

Le 14 septembre 1812, Napoléon faisait son entrée dans la capitale russe. 200 ans plus tard, la célébration du bicentenaire de la bataille de Borodino est l’occasion de retrouver les vestiges de sa présence dans Moscou et ses environs.

Oeuvre de Viktor Mazurovsky (1859–1923)

1812 – 2012. 200 ans ont passé depuis la sanglante bataille qui opposa les armées françaises et russes près du paisible village de Borodino, à quelques 100 km de Moscou.
Bataille de Borodino pour les Russes, bataille de la Moskova pour les Français, elle reste le grand tournant de la campagne de Russie pour Napoléon qui crut s’être ouvert la route de Moscou mais tomba en fait dans le piège implacable de la politique de la terre brulée menée par Koutouzov et de l’impitoyable hiver russe…

De l’épopée napoléonienne… que reste t-il ?

Le Musée de la Guerre Patriotique de 1812

A tout seigneur, tout honneur ! Ouvert le 3 septembre 2012, exactement pour le bicentenaire de la grande bataille de la Moskova. Les deux mille m² aménagés au sein de l’ancien Musée Lénine, à proximité immédiate de la Place Rouge exposent plusieurs milliers d’objets liés à ces évènements glorieux et tragiques en particuliers des objets personnels de Napoléon comme son sabre ou un coffret de pistolets offerts par le Maréchal Berthier.
De magnifiques uniformes d’époque rappellent que la guerre savait être jolie…

Le Kremlin et le Palais des Armures

Ancienne résidence des tsars russes, la plus grande et la plus célèbre des places-fortes du pays fut successivement le symbole des pouvoirs tsaristes puis soviétique. Ensemble de palais et de cathédrales dont les plus anciens datent du XIème siècle, il abrite en particulier le Palais des Armures, extraordinaire exposition des trésors amassés par les tsars et les princes au cours des siècles.
Il existait bien entendu en 1812 et à miraculeusement échappé au grand incendie qui ravagea la ville et précipita le départ de Napoléon.

La Cathédrale du Christ Sauveur

Elle, les contemporains de l’Empereur n’auraient pu la voir puisqu’elle fut construite en 1862, par une souscription populaire, pour commémorer les 50 ans de la bataille.
La Cathédrale a la particularité de présenter le nom des batailles livrées par la Russie de 1812 à 1815 contre Napoléon avec la liste des commandants russes et des morts au champ d’honneur.

C’est aussi un concentré des vicissitudes de l’histoire russe puisqu’elle fut détruite sur l’ordre de Staline en 1931 puis reconstruite à la fin des années 1990, comme une sorte de repentir public pour les années communistes…

christ_st_sauveur.png
cathédrale du Christ sauveur
T.V

Le Monastère Novodievitchi

Le Couvent de Novodievitchi, ensemble conventuel le plus connu de Moscou et dont le nom (Novodievitchi signifie "la nouvelle Vierge") est lié au culte marial, est resté pratiquement inchangé depuis le XVIIe siècle. En 2004, il a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. On peut y voir de nombreux canons pris à la Grande Armée en 1812.

novodovitchi.png
Monastère Novodievitchi
T.V

Le Palais Petrovsky

Construit à l’époque de Pierre le Grand comme première étape sur la route vers Saint-Pétersbourg et restauré récemment par la ville de Moscou pour en faire son lieu d’accueil de prestige. Ce magnifique palais à l’architecture originale est un lieu marqué par l’épopée Napoléonienne puisque c’est d’ici que l’Empereur contempla l’incendie de Moscou avec lequel s’envolèrent ses rêves de conquête…

petrovsky.png
Palais Petrovsky
T.V

Le Musée-Panorama de Borodino

Ré ouvert en mars 2012 après une rénovation complète, ce musée, grâce à sa salle circulaire autour de laquelle court une toile de 115m de long, donne l’impression au visiteur d’être au cœur de la bataille. Des bornes interactives permettent d’en éclairer des points précis notamment sur la composition ou la position des troupes lors des différentes phases du combat. Une autre salle permet de voir des costumes et objets d’époque et en particulier des affaires personnelles du Maréchal Koutouzov.
C’est une bonne préparation pour mieux apprécier la visite du champ de bataille lui-même.

musee_borodino.png
Musée-Panorama de Borodino
T.V

Le Musée-maison de Léon Tolstoï

Le Musée d'État Léon Tolstoï est l'un des plus anciens musées littéraires de Russie. Sa collection - manuscrits de l'écrivain, portraits, photographies, objets personnels, livres, peintures, illustrations – a été constituée grâce aux cadeaux des proches et des admirateurs de Tolstoï et recrée de façon émouvante les conditions de vie et de travail de l’immense écrivain russe. On peut même y entendre un enregistrement, sur un des premiers gramophones, de la voix de Tolstoï, touchante « présence » à travers le temps de l’auteur de « Guerre et Paix ».

tolstoi.png
Musée-maison de Léon Tolstoï
T.V

Le Mont des Moineaux

Dominée par l’imposante silhouette de l’emblématique bâtiment de l’Université, le remarquable panorama qui s’ouvre sur tout Moscou est aujourd’hui un lieu de promenade apprécié des Moscovites comme des hôtes de la capitale. C’est d’ici que Napoléon jeta un dernier regard sur les ruines fumantes de la ville indomptable avant de d’entamer la longue et tragique retraite qui vit périr les meilleurs hommes de la Grande Armée…

Le Champ de bataille de Borodino

La beauté bucolique de ce paysage agréablement vallonné rend difficile d’imaginer les terribles heures de fureur et de violence qui y virent s’affronter les plus glorieux héros militaires de l’époque… Barclay de Tolly, Davout, Bagration (qui y trouva la mort), Ney, Caulaincourt, mais aussi les « obscurs et sans grade » des deux armées se jetèrent dans la mêlée sanglante qui dura toute la journée du 7 septembre (26 août selon le calendrier julien) 1812.

Près de cinquante monuments jalonnent les 110 km² du champ de bataille, célébrant les régiments russes qui s’y illustrèrent, indiquant les positions des postes de commandement de Napoléon et de Koutouzov, mais témoignant aussi des violents combats d’octobre 1941 où les défenseurs russes protégèrent une fois encore Moscou d’un envahisseur cruel, nazi cette foi-ci…

borodono_champs.png
Borodino
T.V

Mais c’est paradoxalement par la reconstitution des terribles combats de 1812 par des passionnés de tous les pays qu’une tradition de rencontres amicales s’est instituée sur l’ancien champ de bataille et tous les membres des sociétés historiques auront à cœur de participer nombreux à la reconstitution du bicentenaire.

Émouvant, le Couvent du Sauveur fut fondé après la bataille par Marguerite Toutchova, veuve du Général Toutchov qui tomba sur ces lieux mêmes, ainsi que son fils… Elle devint mère supérieure du couvent et depuis lors, jusqu’à nos jours, on prie constamment ici pour les fils de la Russie tombés au champ d’honneur.

Juste à côté du Couvent, un tout nouveau musée occupe un bâtiment qui faisait fonction d’hôtel autrefois, où l’hôte le plus célèbre, Tolstoï, y écrivit une grande partie de Guerre et Paix. L’agréable muséographie moderne en fait un très intéressant lieu consacré à l’écrivain et à son œuvre.

Retrouvez Aujourd'hui la Russie sur Facebook

Nouveau ! Aujourd'hui la Russie est aussi sur Twitter

Avec notre partenaire:
5


5
Portrait de Yann
5

Très intéressant !



Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires